Massage Yoni

Le terme yoni et ses dérivés apparaissent dans les anciens textes sanskrits liés à la médecine et à la chirurgie tels que le Sushruta Samhita et le Charaka Samhita. Dans ce context, yoni fait largement référence aux « organes sexuels et procréateurs féminins ». Selon les indologues Rahul Das et Gerrit Meulenbeld, connus pour leurs traductions et critiques de l'ancienne littérature médicale sanskrite et autre, yoni "désigne généralement le vagin ou la vulve, dans un sens technique, il inclut également l'utérus avec ceux-ci ; de plus, yoni- peut parfois signifier simplement 'utérus, utérus' aussi, bien qu'il le fasse relativement rarement ». Selon Amit Rupapara et al., yoni-roga signifie "troubles gynécologiques" et yoni-varti signifie "suppositoire vaginal". Le Charaka Samhita consacre son 30e chapitre dans Chikitsa Sthana au yoni-vyapath ou «troubles gynécologiques».

 

Selon les indologues Constance Jones et James D. Ryan, le yoni symbolise le principe féminin dans toutes les formes de vie ainsi que les "cycles saisonniers et végétatifs de la terre", c'est donc un emblème d'importance cosmologique. Le yoni est une métaphore de la passerelle naturelle de toutes les naissances, en particulier dans les traditions shaktisme et shaivisme de l'hindouisme, ainsi que dans les sectes ésotériques Kaula et Tantra. Tog Yoniether avec le lingam est un symbole pour prakriti, sa création cyclique et dissolution. Selon Corinne Dempsey - professeur d'études religieuses, yoni est une "forme aniconique de la déesse" dans l'hindouisme, le principe féminin Shakti.

Types de massage

Annonces à la Une

 

Les archéologues de l'époque coloniale John Marshall et Ernest Mackay ont proposé que certaines pierres polies avec des trous trouvés sur les sites harappans pourraient être la preuve du culte yoni-linga dans la civilisation de la vallée de l'Indus. Des universitaires comme Arthur Llewellyn Basham contestent whetheuh ces artefacts découverts sur les sites archéologiques des sites de la vallée de l'Indus sont yoni. Par exemple, Jones et Ryan déclarent que des formes de lingam / yoni ont été récupérées sur les sites archéologiques de Harappa et Mohenjo-daro, qui font partie de la civilisation de la vallée de l'Indus. En contRast, Jane McIntosh déclare que les pierres annulaires tronquées avec des trous étaient autrefois considérées comme des yonis.

 

Des découvertes ultérieures sur le site de Dholavira et d'autres études ont prouvé qu'il s'agissait de composants de piliers, car les «pierres annulaires tronquées avec des trous» font partie intégrante des composants architecturaux des piliers. Cependant, déclare McIntosh, l'utilisation de ces structures dans l'architecture n'exclut pas leur signification religieuse simultanée en tant que yoni.

 

Au sein du shivaïsme, la secte dédiée au dieu Shiva, la Shakti est son épouse et toutes deux ont des représentations aniconiques : lingam pour Shiva, yoni pour Shakti. L'iconographie yoni est généralement représentée sous la forme d'un horizontbase ronde ou carrée placée alliée avec un bord à lèvres et une ouverture au centre généralement avec un lingam cylindrique. Souvent, un côté de cette base s'étend latéralement, et cette projection s'appelle le yoni-mukha. Un symbole alternatif pour yoni que l'on trouve couramment dans les arts indiens est le lotus, une icône trouvée dans les temples.

 

Le Lajja Gauri est une ancienne icône qui se trouve dans de nombreux temples liés à Devi à travers l'Inde et qui a été déterrée sur plusieurs sites archéologiques en Asie du Sud. L'icône représente yoni mais avec plus de contétendue et complexité. Selon l'historienne de l'art Carol Bolon, l'icône Lajja Gauri a évolué au fil du temps avec une complexité et une richesse croissantes. C'est une icône de fertilité et symbolise les pouvoirs procréateurs et régénérateurs de la terre mère, "la source élémentaire de toute vie, animale et végétale", le vivifiant et "le soutien de toute vie".

 

Les premières représentations étaient des variantes du pot aniconique, la deuxième étape la représentait comme l'œuvre d'art en trois dimensions sans visage ni mains mais une tête de lotus qui comprenait yoni, suivie chronologiquement par la troisième étape qui ajoutait des seins et des bras à la tête de lotus. chiffre. La dernière étape était une figure anthropomorphe d'une déesse nue accroupie tenant un lotus et des motifs d'abondance agricole étalés montrant son yoni comme si elle accouchait ou était sexuellement prête à procréer. Selon Bolon, les différentes représentations aniconiques et anthropomorphiques de Lajja Gauri sont des symboles de la "yoni de Prithvi (Terre)", elle en tant que matrice.

Réservez votre massage yoni sur RubPage!

Nouvelles inscriptions

Nouveaux articles